La fusion des AESH et des AED est abandonnée !

La fusion des AESH et des AED est abandonnée !

La fusion des AESH et des AED est abandonnée !

Un encouragement pour le retrait de l’Acte 2 de l’Ecole inclusive !

Le lundi 13 mai, les représentants du Ministère ont reconnu que la question de l’Ecole inclusive systématique est sensible.

Le gouvernement avait annoncé vouloir fusionner AED et AESH en  ARE pour  lutter, soi-disant, contre la précarité des personnels… Cette annonce avait suscité la colère des personnels.

Le gouvernement a décidé d’abandonner ce projet. La mobilisation des personnels, AESH en particulier, n’y est pas pour rien ! La FNEC FP-FO y a pris toute sa place !

Pour autant, les revendications des personnels AESH demeurent : un statut de fonctionnaire, un vrai salaire !

Cependant, pour le reste, le gouvernement veut avancer coûte que coûte vers l’acte 2 de l’Ecole inclusive.

Ça suffit ! La FNEC FP-FO invite les personnels à se réunir pour faire valoir leurs revendications.


AESH

Communiqué à télécharger :

Le CRPE à BAC +3 ?

Le CRPE à BAC +3 ?

Recrutement des professeurs des écoles :
une réforme qui remet en cause le statut et qui ne répond pas au manque d’attractivité du CRPE !

Le projet Belloubet, qui place le CRPE à Bac+3, répond-il aux revendications ? En aucun cas !

Ce concours serait proposé aux étudiants inscrits (dès la terminale, après avoir postulé sur Parcoursup) dans la licence « parcours préparatoire au professorat des écoles ».
Pour être admis, il faudrait avoir validé des tests durant l’année de L3 et réussir les épreuves orales d’admission. Quant aux étudiants qui auraient suivi une autre licence disciplinaire, ils devraient, eux, passer les épreuves écrites du concours !

Ainsi, un même niveau de diplôme n’ouvrirait pas les mêmes droits au concours !

Les lauréats du concours seraient des contractuels et non des stagiaires ! C’est donc un véritable parcours du combattant qui se met en place pour devenir professeur des écoles !

Pour le SNUDI-FO, cette réforme ne satisfait pas les revendications des personnels et ne permettra pas de répondre au manque d’attractivité du CRPE.

Le SNUDI-FO revendique :
– la mise en place de concours exceptionnels immédiats à Bac+3 dans les académies de Créteil, de Guyane et de Versailles !
– le recrutement d’enseignants fonctionnaires stagiaires sur la liste complémentaire à hauteur des besoins !
– le retrait de la réforme Belloubet et le retour à un concours à Bac+3 avec titularisation à Bac+4 !


240514 Communiqué SNUDI-FO concours


Communiqué à télécharger :

«Simplification» des tâches des directeurs d’école

«Simplification» des tâches des directeurs d’école

Groupe de travail sur la « simplification » des tâches des directeurs d’école :
Le ministère refuse de répondre aux revendications !

Le jeudi 2 mai,  s’est tenu un énième groupe de travail quant  à la « simplification des tâches des directeurs d’école ».

Le SNUDI-FO fait remonter les revendications. Ce que veulent les Directrices et Directeurs c’est :

– l’allégement réel des tâches, et non une vague « simplification »,

– l’arrêt de la dégradation de leurs conditions de travail, du fait de l’inclusion scolaire systématique et forcée, de la gestion quotidienne du manque de remplaçant, des tâches chronophages (enquêtes, sorties scolaires, PPRE, REE, AFFLENET…) sans parler des nouvelles mesures dont ils portent l’entière responsabilité : protocole Phare, Pacte, sécurisation des écoles…

– l’augmentations des décharges de direction, en créant des postes statutaires d’aide administrative,

– la revalorisation effective (100 points d’indice pour tous),

– l’abrogation de  la loi Rilhac tout en rétablissant le décret de 1989 sur la direction d’école.

Pour réponse, le Ministère a indiqué souhaiter la mise en place d’un nouveau cycle de discussions et de groupes de travail afin de faire le point sur la question des tâches administratives. Des IEN ou des inspecteurs généraux pourraient même passer plusieurs jours en immersion dans les écoles pour apprécier leur quotidien… méprisant ainsi les organisations syndicales qui représentent les personnels !

Plus que jamais, le SNUDI-FO exige l’abrogation de la loi Rilhac et de ses textes d’application. Il est urgent de revenir sur toutes les contre-réformes qui dégradent les conditions de travail des directrices et des directeurs d’école et de satisfaire leurs revendications.


240513 Communiqué SNUDI-FO GT direction


Communiqué à télécharger :

Année scolaire 2024 : vade-mecum « promotions et valorisation des parcours professionnels »

Année scolaire 2024 : vade-mecum « promotions et valorisation des parcours professionnels »

La DSDEN 02 a publié le 25 avril son vade-mecum ayant pour objectif de présenter le calendrier et les règles relatives aux opérations de promotions et de valorisation des parcours professionnels des enseignants du premier degré pour l’année scolaire 2024.

Sont promouvables, sous conditions : les enseignants en position d’activité, de détachement, ou mis à disposition d’un organisme ou d’une autre administration au 31 août de l’année 2024, les enseignants dans certaines positions de disponibilité qui ont exercé une activité professionnelle (prenant effet à compter du 7 septembre 2018) et les agents en congé parental ou en disponibilité pour élever un enfant, (conformément à l’article L.515-9 du Code général de la fonction publique).

Pour la Hors Classe, les deux conditions requises sont cumulatives (article 25 du décret n°90-680) :

– être professeur des écoles de classe normale (hors stagiaire) ;
– comptant au moins deux ans d’ancienneté dans le 9ème échelon de la classe normale au 31 août 2024.
Tous les enseignants promouvables pour le tableau d’avancement 2024 sont informés qu’ils remplissent les conditions statutaires par courriel (I-Prof, 16 avril 2024).

Pour la Classe exceptionnelle, les deux conditions requises sont cumulatives (article 25 du décret n°90-680) :

– être professeur des écoles hors-classe;
– avoir atteint, au 31 août 2024 au moins le 5ème échelon de la hors classe.
Tous les enseignants promouvables pour le tableau d’avancement 2024 sont informés qu’ils remplissent les conditions statutaires par courriel (I-Prof, 5 avril 2024).

Le tableau d’avancement sera arrêté dans la limite du contingent alloué au plus tard le 12 juillet 2024.

 

La FNEC FP-FO (SNUDI-FO 02), opposé depuis toujours à PPCR et son évaluation arbitraire, continuera d’exiger un déroulement de carrière basée sur l’ancienneté qui garantisse aux personnels qui ont effectué une carrière complète de finir leur carrière au grade et échelon les plus élevés.


Vade-mecum à télécharger :

Réforme de la formation des enseignants  et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours :
une attaque d’ampleur
contre le recrutement sous Statut !

 

Le projet présenté le 6 mai serait applicable dès la rentrée de septembre 2024 : le gouvernement veut aller vite pour une réforme aux dégâts multiples.

Pour tous, le maintien de la « masterisation » et la remise en cause du Statut de fonctionnaire !

Les lauréats de concours (à BAC+3) ne seront pas fonctionnaires : ils seront simplement « indemnisés » en M1 (900 €), puis étudiants fonctionnaires stagiaires de M2, rémunérés à 1 800 euros. La titularisation est sous réserve de l’obtention du master.

Pour les PE, la mise en place de pseudo-licences, dites « PPPE » :  pour ceux qui échoueraient aux tests ou au concours, il n’y a aucune possibilité de poursuivre en master disciplinaire. Pour valider le concours, il faudra valider des tests durant l’année de L3 et réussir les épreuves orales d’admission.

La FNEC FP-FO dénonce ce passage en force, ce nouveau 49.3 sur les concours et la formation des enseignants, en totale concordance avec le projet Guerini sur la Fonction publique, qui implique la disparition des catégories et des statuts de corps.

Ce projet ne doit pas voir le jour ! La FNEC FP-FO en demande le retrait !


REFORME CONCOURS


Communiqué à télécharger :

Be

Réduction des crédits de 700 millions d’€ à l’Education nationale : recul du Ministère…

Réduction des crédits de 700 millions d’€ à l’Education nationale : recul du Ministère…

Face au tollé, craignant les mobilisations, le gouvernement renonce
à récupérer
les heures allouées aux enseignements

Dans le cadre de la réduction des crédits de 700 millions d’euros à l’Education nationale, le Ministère avait demandé aux rectorats de reprendre les budgets : des personnels engagés dans des projets se voyaient donc contraints de les abandonner du jour au lendemain ou de travailler gratuitement jusqu’à la fin de l’année.

La violence de cette nouvelle mesure d’économie a provoqué la stupéfaction à tous les étages : une fois de plus, une fois de trop, du mépris face au rapt des moyens !

Craignant la colère et l’explosion, le ministère annonce deux jours après que les moyens sont conservés jusqu’à la fin de l’année.

Bruno Le Maire n’a pas exclu de reprendre quelques milliards de plus cette année. S’agira-t-il de raboter les DHG de la rentrée ? De fermer plus de classes ? De fermer les établissements et les structures spécialisés ?

Le rejet de cette politique est énorme ! Ils savent que tôt ou tard, tout cela leur explosera à la figure…

Nous pouvons les arrêter ! Allons chercher les postes, les heures, les augmentations de salaire !


Réduction des Crédits

Communiqué à télécharger :