Accélération de la dérèglementation :   « STOP ! »

Accélération de la dérèglementation : « STOP ! »

Le président, le ministre Blanquer et leurs représentants accélèrent la dérèglementation et la territorialisation de l’Éducation nationale… en passant la surmultipliée !

=> À Marseille : expérimentation dans 50 écoles « autonomes » !

=> En Guadeloupe : réduction des congés scolaires de 12 jours !

Le SNUDI-FO réaffirme son opposition constante à la territorialisation de l’École publique et exige le maintien d’un calendrier limité à 36 semaines de classe.

Le SNUDI-FO rappelle ainsi sa résolution de Congrès : « le congrès du SNUDI FO revendique le maintien du calendrier national et de l’intégralité des congés (…) Le congrès refuse toute modification de l’organisation des congés scolaires, exige le maintien de l’organisation de l’année scolaire en cinq périodes de classes et quatre périodes de congés ainsi que le retour à des congés d’été de deux mois, sans rentrée ou prérentrée en août. »

Avec la FNEC FP-FO, le SNUDI-FO revendique :
– L’abrogation de toutes les mesures de territorialisation mises en place par ce gouvernement et les précédents ;
– L’abandon de l’expérimentation Macron à Marseille ;

– Le maintien de l’intégralité des congés pour tous les personnels en Guadeloupe ;
– La création de postes et le recrutement immédiat de personnels.


211025 Communiqué SNUDI-FO Calendrier


Communiqué à télécharger :

Liste complémentaire : le Ministre doit recruter !

Liste complémentaire : le Ministre doit recruter !

Sur la question du recrutements sur liste complémentaire, une délégation du SNUDI-FO a été reçue lundi 11 octobre au ministère :  la situation est catastrophique, quelques semaines après la rentrée.

C’est intenable dans de nombreux départements : 17 postes sans enseignants dans le Cantal ; beaucoup de remplaçants placés sur des postes à l’année dans le Finistère, les Landes, le Maine-et-Loire… et jusqu’à 50% d’entre eux en Haute-Garonne ; de nombreux remplacements non assurés en Saône-et-Loire, dans la Vienne ; des remplaçants contraints d’effectuer jusqu’à 3h de trajets quotidiens en Essonne ; les demi-journées de concertation ou de formation REP+, pourtant obligatoires, reportées ou annulées dans le Puy-de-Dôme ou dans le Rhône…

Le Droit syndical est même remis en cause, faute de remplaçants, dans les Alpes de Haute-Provence !

Le SNUDI-FO, se faisant l’écho des mobilisations notamment à La Réunion, en Moselle, à Rouen, à Paris… a exigé le recrutement de la totalité des candidats aux concours inscrits sur les listes complémentaires et le réabondement de celles-ci.

Le refus de recruter sur la liste complémentaire est bien un choix économique du Ministre, et ses représentants ont même osé indiquer que « ce n’était pas faire un cadeau aux candidats inscrits sur les listes complémentaires que de les affecter à plein temps »… Cela ne semble pas poser de problèmes par contre quand on les sollicite pour être à temps plein devant une classe en tant que contractuels !

Pour le SNUDI-FO c’est inacceptable ! La liste complémentaire 2021 est valable jusqu’à la date du concours 2022 … Le ministre doit recruter !


211013 Communiqué SNUDI-FO audience liste complémentaire

Communiqué à télécharger :

 

Contractuel « alternant »

Contractuel « alternant »

Tu es contractuel(le) « alternant » et en même temps étudiant(e) en master MEEF dans le cadre de la « réforme de la formation des enseignants ». Tu te retrouves à devoir préparer le concours  et à finir ton Master avec un ou des mémoires, des UE à passer et surtout en ayant des classes en responsabilité.

C’est un véritable parcours du combattant.

L’État employeur te met en difficulté alors que tu devrais être protégé(e) et soutenu(e) ! Si FO s’est opposée à cette nouvelle réforme, dite « réforme de la formation des enseignants », ce n’est pas pour rien.

Ne reste pas isolé(e) !

Contrat, rémunération, évaluation, FO t’aide à connaître tes droits, les faire valoir. FO intervient auprès de l’administration face aux obstacles rencontrés dans cette formation hors norme.  Elle le fait tout autant pour les stagiaires 2021.

La Fédération Force Ouvrière de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle (FNEC FP-FO) s’est opposée à cette réforme et a porté ses revendications dans toutes les instances.


Communiqué FNEC FP-FO - contractuels alternants


Communiqué à télécharger :

Rdv de carrière 2020-2021 : une fois l’appréciation du DASEN arrivée…que faire ?

Rdv de carrière 2020-2021 : une fois l’appréciation du DASEN arrivée…que faire ?

Après la publication des appréciations des IEN, les enseignants ayant eu un rendez-vous de carrière en 2020-2021 prennent connaissance de l’avis final du Directeur Académique. Les appréciations finales de la valeur professionnelle figurant sur le compte rendu des agents qui ont eu un rendez-vous de carrière au titre de l’année scolaire 2020-2021 sont notifiées sur Iprof.

D’ores et déjà, dans certains départements, des collègues nous indiquent qu’ils ont pu prendre connaissance de cette appréciation. Ce n’est pas le cas dans l’Aisne, où les appréciations sont attendues pour octobre…

Toutefois, à réception, les enseignants concernés disposent de 30 jours pour adresser un recours contestant l’avis final s’ils souhaitent contester cet avis.

Or, l’appréciation finale a une incidence sur l’avancement, puisqu’elle détermine le délai de passage du 6e échelon au 7e, du 8e au 9e échelon, et pour la hors classe ( RDV de carrière au 9e échelon).

De plus, le dernier rendez-vous de carrière est très important puisque l’appréciation donnée par l’inspecteur reste “gravée dans le marbre” jusqu’à obtention de la hors classe !

Autrement dit, si vous n’êtes pas satisfait de votre avis final, si vous vous interrogez sur les démarches à entreprendre, n’hésitez pas à solliciter le SNUDI-FO 02 dans les plus brefs délais !

A noter que, suite à l’envoi des recours, l’administration disposera de 30 jours pour réviser l’appréciation. L’absence de réponse équivaut à un refus de révision. Les enseignants qui souhaitent poursuivre leur recours disposeront alors de 30 jours pour saisir la CAPD.

Le SNUDI-FO 02 accompagne tous les collègues syndiqués

et tous les collègues « futurs syndiqués » qui le souhaitent.



Se syndiquer, pourquoi ? Se syndiquer au SNUDI-FO 02, pourquoi ? Se syndiquer, comment ?

Je clique ICI

Je me syndique => JE PAIE EN LIGNE



 

Accélération de la dérèglementation :   « STOP ! »

« No future » pour l’école de la République !

En visite à Marseille, le président Macron annonce un statut dérogatoire pour 50 écoles marseillaises pour la rentrée 2022 afin que « les directeurs d’école puissent choisir l’équipe pédagogique« .  Cette expérimentation pourrait être plus largement étendue par la suite.

Au mépris du statut des enseignants fonctionnaires d’Etat et du droit à mutation, ces déclarations confirment la volonté du ministre Blanquer de mettre en place des directeurs supérieurs hiérarchiques des enseignants et de bouleverser le fonctionnement de l’Ecole de la République.

En permettant aux écoles « d’adapter les rythmes scolaires », « d’associer des acteurs extrascolaires »… le président Macron et son ministre entendent transformer l’Ecole Publique en une multitude d’établissements autonomes soumis à toutes les pressions locales parachevant là aussi les objectifs du Grenelle et de la proposition de loi Rilhac.

Pour le SNUDI-FO, les personnels sont en état de légitime défense.

Le SNUDI-FO prend contact avec les autres organisations syndicales pour envisager une réponse à la hauteur de ces annonces.

Le SNUDI-FO 02 apporte son soutien aux collègues du SNUDI-FO 13 (lire leur communiqué ici) dans ce combat pour le retrait du plan « Ecole du Futur » !


210903 Communiqué SNUDI-FO Annonces Macron Marseille

Communiqué à télécharger :

Direction d’école : la ligne rouge est franchie !

Direction d’école : la ligne rouge est franchie !

Vendredi 2 juillet, le Ministère a annoncé à la sauvette sa ferme intention de mettre en œuvre un projet de « statut d’emploi fonctionnel » pour les directrices et directeurs totalement déchargé(e)s de classe prenant la forme, à l’horizon 2022, d’un détachement et d’une grille salariale spécifique.

Conférer un « statut d’emploi fonctionnel» aux 2 900 directrices et directeurs d’école totalement déchargé(e)s de classe, assorti d’une lettre de mission de l’IA-DASEN, c’est créer une profonde césure au sein de l’École de la République.

Les organisations SNUipp-FSU, SNUDI-FO, CGT Educ’Action et Sud Education jugent inacceptable ce qui mettrait à mal la place centrale du conseil des maîtresses et maîtres animés par les directrices et directeurs, lieu de débats et de démocratie au sein des écoles. Elles engageront à la rentrée une mobilisation avec les personnels pour faire échec à ce projet et faire valoir les réelles revendications des personnels.


communiqué de presse intersyndical Direction d'école le ministère franchit la ligne rouge-1

Communiqué de presse à télécharger :