Le CRPE à BAC +3 ?

Le CRPE à BAC +3 ?

Recrutement des professeurs des écoles :
une réforme qui remet en cause le statut et qui ne répond pas au manque d’attractivité du CRPE !

Le projet Belloubet, qui place le CRPE à Bac+3, répond-il aux revendications ? En aucun cas !

Ce concours serait proposé aux étudiants inscrits (dès la terminale, après avoir postulé sur Parcoursup) dans la licence « parcours préparatoire au professorat des écoles ».
Pour être admis, il faudrait avoir validé des tests durant l’année de L3 et réussir les épreuves orales d’admission. Quant aux étudiants qui auraient suivi une autre licence disciplinaire, ils devraient, eux, passer les épreuves écrites du concours !

Ainsi, un même niveau de diplôme n’ouvrirait pas les mêmes droits au concours !

Les lauréats du concours seraient des contractuels et non des stagiaires ! C’est donc un véritable parcours du combattant qui se met en place pour devenir professeur des écoles !

Pour le SNUDI-FO, cette réforme ne satisfait pas les revendications des personnels et ne permettra pas de répondre au manque d’attractivité du CRPE.

Le SNUDI-FO revendique :
– la mise en place de concours exceptionnels immédiats à Bac+3 dans les académies de Créteil, de Guyane et de Versailles !
– le recrutement d’enseignants fonctionnaires stagiaires sur la liste complémentaire à hauteur des besoins !
– le retrait de la réforme Belloubet et le retour à un concours à Bac+3 avec titularisation à Bac+4 !


240514 Communiqué SNUDI-FO concours


Communiqué à télécharger :

Réforme de la formation des enseignants  et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours :
une attaque d’ampleur
contre le recrutement sous Statut !

 

Le projet présenté le 6 mai serait applicable dès la rentrée de septembre 2024 : le gouvernement veut aller vite pour une réforme aux dégâts multiples.

Pour tous, le maintien de la « masterisation » et la remise en cause du Statut de fonctionnaire !

Les lauréats de concours (à BAC+3) ne seront pas fonctionnaires : ils seront simplement « indemnisés » en M1 (900 €), puis étudiants fonctionnaires stagiaires de M2, rémunérés à 1 800 euros. La titularisation est sous réserve de l’obtention du master.

Pour les PE, la mise en place de pseudo-licences, dites « PPPE » :  pour ceux qui échoueraient aux tests ou au concours, il n’y a aucune possibilité de poursuivre en master disciplinaire. Pour valider le concours, il faudra valider des tests durant l’année de L3 et réussir les épreuves orales d’admission.

La FNEC FP-FO dénonce ce passage en force, ce nouveau 49.3 sur les concours et la formation des enseignants, en totale concordance avec le projet Guerini sur la Fonction publique, qui implique la disparition des catégories et des statuts de corps.

Ce projet ne doit pas voir le jour ! La FNEC FP-FO en demande le retrait !


REFORME CONCOURS


Communiqué à télécharger :

Be

Retour de toutes les communes  à la semaine de 4 jours !

Retour de toutes les communes à la semaine de 4 jours !

Comme en Gironde, décidons la mobilisation pour le retour de toutes les communes à la semaine de 4 jours !

Le SNUDI-FO n’a cessé d’organiser la résistance pour un rythme unique dans toutes les écoles du pays, la semaine de 4 jours sur une année scolaire de 36 semaines et la stricte séparation entre le scolaire et le périscolaire.

Quelques communes, dans l’Aisne aussi, maintiennent pourtant contre vents et marées la semaine de 4,5 jours.

Plusieurs communes sur le territoire annoncent ou sont sur le point d’annoncer d’ailleurs leur retour à la semaine de 4 jours à la rentrée 2024 : Angoulême (Charente), Tarnos (Landes), Vire Normandie (Calvados)…

Dans cette situation le SNUDI-FO exige :
– le retour à la semaine de 4 jours (sur 36 semaines) dans toutes les communes, toutes les écoles !
– l’arrêt de la territorialisation de l’Ecole publique, la stricte séparation du scolaire et du périscolaire et l’abandon des projets éducatifs de territoire (PEdT) !
– l’abrogation des décrets Peillon, Hamon et Blanquer : ce n’est pas aux communes de décider des rythmes scolaires !

Si ton école fonctionne en 4,5 jours, contacte le SUNDI-FO 02.


240411 Communiqué SNUDI-FO rythmes scolaires


Communiqué à télécharger :

Concours et formation des enseignants 

Concours et formation des enseignants 

Concours et formation des enseignants :  un projet inacceptable !

Les «écoles normales du XXIe siècle» arrivent ! Ce n’est ni plus ni moins que la poursuite de la destruction de la formation disciplinaire des enseignants et des concours eux-mêmes.

« Masterisation » maintenue, même s’il est prévu de placer le concours à Bac+3 ! C’est le maintien d’un véritable parcours du combattant pour les apprentis enseignants, avec des exigences multiples venues de toute part…

Les « fonctionnaires » lauréats de concours seront rémunérés à 900 € par mois !

Le projet prévoit que les étudiants en licences « PPPE » soient dispensés du passage des épreuves d’admissibilité. C’est l’instauration officielle de l’inégalité d’accès au concours.

Premier degré : des pseudo-licences n’attesteraient en réalité de la maîtrise d’aucune discipline.  Les « savoirs fondamentaux » n’y représenteraient que 50 % de l’enseignement. Pour ceux qui ne réussiront pas le concours, elles rendront de plus presque impossible toute poursuite d’études en master.

…Et tout ceci devrait être mis en place d’ici la rentrée de septembre ! C’est inenvisageable !

Ce projet inacceptable s’inscrit totalement dans les annonces du ministre Guerini pour la liquidation des statuts de corps et du Statut général de la Fonction publique.

La FNEC FP-FO revendique l’ouverture de négociations et maintient sa revendication d’abrogation.


Concours et formation

Communiqué à télécharger :

CONTRE  le démantèlement des établissements  sociaux et médico-sociaux !

CONTRE le démantèlement des établissements sociaux et médico-sociaux !

Acte 2 de l’Ecole inclusive : vote majoritaire CONTRE le démantèlement des ESMS

Le 3 avril dernier, le Ministère a présenté un projet de décret :  les modalités de fonctionnement en « dispositif intégré » des établissements et services médico- sociaux (ESMS) qui signeraient une convention cadre au niveau départemental. Concrètement, les personnels des ESMS seraient chargés de coacher les enseignants ou de prendre en charge des élèves notifiés au sein des établissements scolaires.

On peut d’ores et déjà prévoir une déperdition des moyens !

Les ESS seront au centre des évolutions des modalités de mise en œuvre du dispositif : il ne sera plus nécessaire de passer par la CDAPH, ce qui va, de fait, multiplier les ESS. Et les directeurs d’écoles dans tout ça ? … pas de décharge supplémentaire. Et les collègues en ESS ?…pas de  poste supplémentaire pour assurer leurs remplacements.

Pour la FNEC FP-FO, ce décret n’a rien à voir avec la mise en œuvre d’une politique d’inclusion : la pédagogie ne peut se substituer aux soins.

FO, FSU, CGT, et la FCPE ont voté contre ce projet de décret

« Ça suffit ! Assez des économies sur le dos des élèves les plus fragiles ! » Les grèves et les manifestations comme le 25 janvier sous les fenêtres de la Ministre, les réunions syndicales et les stages sur l’inclusion organisés par FO, les motions d’écoles, les prises de position… C’est l’immense colère des personnels confrontés aux situations catastrophiques liées à l’inclusion systématique, avec la souffrance des personnels et des familles sans solution pour leur enfant, qui s’exprime à nouveau.

La FNEC FP-FO appelle les personnels à tout mettre en œuvre pour faire reculer ce gouvernement et à discuter de la grève pour gagner.


Ecole Inclusive

Communiqué à télécharger :

Concours et formation des enseignants 

Le « choc des savoirs », c’est in fine la destruction de nos statuts !

Le directeur général des ressources humaines du ministère s’est adressé aux recteurs le 28 mars dans le cadre de la préparation de la rentrée 2024.

Rentrée 2024 : moins de postes, moins de listes complémentaires, plus de contractuels !

Pour faire face au désastre annoncé, le ministère n’envisage aucune création de postes supplémentaires, ni même un recours accru aux listes complémentaires, au contraire… seule option envisagée : un recours accru aux contractuels !

La rentrée 2024 est aussi placée sous le signe de la mise en place des groupes de niveau, massivement rejetés par les personnels et les parents d’élèves : ils vont engendrer un véritable tri social ainsi qu’une désorganisation totale du fonctionnement des collèges, « Le Chaos des savoirs » (ID-FO), ils vont également être l’occasion pour le ministère, au travers de « solutions innovantes », d’avancer vers la mise en œuvre d’autres objectifs…

Le ministère entend procéder à un recrutement massif d’enseignants du 1er degré au collège, en faisant appel – pour l’instant – aux professeurs des écoles volontaires et en s’appuyant sur les résultats catastrophiques des mutations interdépartementales dans le 1er degré. Mais le ministre a d’autres « solutions innovantes »… (à découvrir dans le communiqué).

Ainsi, la mise en place du « choc des savoirs » est aussi le prétexte pour détruire les statuts des enseignants et avancer vers la mise en place d’un corps unique !

Dans cette situation, la FNEC FP-FO appelle les personnels, et dès mardi 2 avril à amplifier la tenue d’assemblée générale dans les établissements (Cf. communiqué ID-FO), les communes, les secteurs, avec les parents d’élèves, et de discuter des moyens efficaces de faire reculer ce gouvernement isolé et provocateur !


Choc


Communiqués FNEC FP-FO et ID-FO :