Il faut abroger la masterisation !

Il faut abroger la masterisation !

La réforme de la formation des enseignants est inacceptable, le maintien de l’existant aussi :
Abrogation de la masterisation !

Les maquettes de la réforme, notamment la passation du concours en 3e année et les modifications de statuts de corps,  ont été présentées ces derniers jours.

Mais cette « réforme » charrie de nombreuses attaques :
– un concours qui ne donne pas accès au statut de la Fonction publique,

– un barrage supplémentaire post-concours puisque le passage de M1 en M2 pourra être interdit,
– l’inégalité devant le concours de PE,
– des exigences de préparation qui ne peuvent que décourager,
– un « engagement » de quatre ans post-titularisation,
– la formation professionnelle initiale pourrait être transférée à n’importe quelle structure, y compris privée !

Le Ministère prétend résoudre le manque d’attractivité par le retour à un concours à Bac+3…Mais au final, le Gouvernement maintient la masterisation des concours ! En réalité, tout est fait pour détourner du concours, pour accroître encore la contractualisation !

Pour la FNEC FP-FO et tous ses syndicats, de la maternelle au Supérieur, ce qu’il faut c’est :
– Abandon de la masterisation et du master d’enseignement « MEEF »,
– Recrutement par concours dès la Licence avec une véritable formation professionnelle après le concours sous statut de fonctionnaire à plein temps,
– Egalité de tous les diplômés de Licence face aux concours.


Concours


Communiqué à télécharger :

Réforme de la formation des enseignants  et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours

Réforme de la formation des enseignants et des concours :
une attaque d’ampleur
contre le recrutement sous Statut !

 

Le projet présenté le 6 mai serait applicable dès la rentrée de septembre 2024 : le gouvernement veut aller vite pour une réforme aux dégâts multiples.

Pour tous, le maintien de la « masterisation » et la remise en cause du Statut de fonctionnaire !

Les lauréats de concours (à BAC+3) ne seront pas fonctionnaires : ils seront simplement « indemnisés » en M1 (900 €), puis étudiants fonctionnaires stagiaires de M2, rémunérés à 1 800 euros. La titularisation est sous réserve de l’obtention du master.

Pour les PE, la mise en place de pseudo-licences, dites « PPPE » :  pour ceux qui échoueraient aux tests ou au concours, il n’y a aucune possibilité de poursuivre en master disciplinaire. Pour valider le concours, il faudra valider des tests durant l’année de L3 et réussir les épreuves orales d’admission.

La FNEC FP-FO dénonce ce passage en force, ce nouveau 49.3 sur les concours et la formation des enseignants, en totale concordance avec le projet Guerini sur la Fonction publique, qui implique la disparition des catégories et des statuts de corps.

Ce projet ne doit pas voir le jour ! La FNEC FP-FO en demande le retrait !


REFORME CONCOURS


Communiqué à télécharger :

Be

Formation des enseignants et des concours :  les OS refusent de discuter  quand rien n’est négociable !

Formation des enseignants et des concours : les OS refusent de discuter quand rien n’est négociable !

Réforme de la formation des enseignants et des concours :

Les organisations syndicales refusent de discuter quand rien n’est négociable !

En novembre 2023 ont été présentés quelques éléments à propos d’une nouvelle réforme de la formation des enseignants et des concours, et depuis, silence radio…

Cette désinvolture dans l’agenda n’a rien d’innocent. Il s’agit de passer en force pour imposer une réforme dont personne ne veut, comme le montrent toutes les réactions à propos du document de travail officieux.

Pour la FNEC FP-FO, la procédure de discussion imposée par le Ministère est tout aussi inacceptable que la réforme elle-même (voir ici notre communiqué, sur la base des informations).

Les OS de l’enseignement supérieur demandent le report et les personnels du supérieur se mobilisent le lundi 6 mai, dans les INSPÉ comme dans les UFR…

Oui, l’urgence est au report, et à l’ouverture de négociations sur les revendications !


FNEC FP-FO


Communiqué à télécharger :

Concours et formation des enseignants 

Concours et formation des enseignants 

Concours et formation des enseignants :  un projet inacceptable !

Les «écoles normales du XXIe siècle» arrivent ! Ce n’est ni plus ni moins que la poursuite de la destruction de la formation disciplinaire des enseignants et des concours eux-mêmes.

« Masterisation » maintenue, même s’il est prévu de placer le concours à Bac+3 ! C’est le maintien d’un véritable parcours du combattant pour les apprentis enseignants, avec des exigences multiples venues de toute part…

Les « fonctionnaires » lauréats de concours seront rémunérés à 900 € par mois !

Le projet prévoit que les étudiants en licences « PPPE » soient dispensés du passage des épreuves d’admissibilité. C’est l’instauration officielle de l’inégalité d’accès au concours.

Premier degré : des pseudo-licences n’attesteraient en réalité de la maîtrise d’aucune discipline.  Les « savoirs fondamentaux » n’y représenteraient que 50 % de l’enseignement. Pour ceux qui ne réussiront pas le concours, elles rendront de plus presque impossible toute poursuite d’études en master.

…Et tout ceci devrait être mis en place d’ici la rentrée de septembre ! C’est inenvisageable !

Ce projet inacceptable s’inscrit totalement dans les annonces du ministre Guerini pour la liquidation des statuts de corps et du Statut général de la Fonction publique.

La FNEC FP-FO revendique l’ouverture de négociations et maintient sa revendication d’abrogation.


Concours et formation

Communiqué à télécharger :

Compte Personnel de Formation : 1ère campagne en cours.

Compte Personnel de Formation : 1ère campagne en cours.

La circulaire ayant pour objet de définir les modalités de mobilisation du compte personnel de formation (CPF) pour l’ensemble des personnels de l’académie, pour l’année scolaire 2024-25 a été publiée le 27 mars.

Le CPF permet d’accéder à toute action de formation continue, ayant pour objet l’acquisition d’un diplôme, d’un titre, d’un certificat de qualifications professionnelles ou le développement des compétences nécessaires à la mise en œuvre d’un projet d’évolution professionnelle. 

Ce projet peut s’inscrire dans le cadre de la préparation d’une future mobilité, d’une promotion ou d’une reconversion professionnelle. Il peut être mobilisé dans le cadre du Plan Académique de Formation (PAF), du Plan Départemental de
Formation (PDF) ou hors plan de formation auprès d’un organisme agréé.

La demande de mobilisation du CPF est à l’initiative de l’agent qui sollicite, sous couvert de sa hiérarchie, l’accord écrit de son employeur sur la nature, le calendrier et le financement de la formation souhaitée, en explicitant le projet d’évolution professionnelle qui fonde sa demande.

Toute demande doit faire l’objet d’un accord préalable de l’employeur.
Pour les enseignants du 1er degré, le formulaire et l’ensemble des pièces constitutives du dossier doivent être transmis à l’inspecteur de circonscription, pour avis et communication aux services compétents de la DSDEN ().
Pour les AED ou AESH, il faut solliciter l’avis écrit du supérieur hiérarchique et transmettre le formulaire et l’ensemble des pièces constitutives du dossier à la Division de l’Organisation Scolaire du rectorat ().
La 1ère campagne qui a commencé le 2 avril sera clôturée le 12 mai 2024 inclus (date limite de réception des candidatures).

Contacte le SNUDi-FO 02 en cas de problèmes.


Circulaire à télécharger :

Compte Personnel de Formation : 1ère campagne en cours.

Congé Formation Professionnelle, année 2024/2025

Congé de Formation Professionnelle (Décrets n°2007-1470 du 15 octobre 2007 et n°2007-1942 du 26 décembre 2007)

Ce congé à caractère professionnel ou individuel (pour l’année 2024/2025) est un congé qui te permet de disposer du temps nécessaire pour suivre une formation d’au moins un mois, inscrite ou non sur le plan de formation académique.

Tu es enseignant du premier degré, titulaire ou non, en position d’activité : tu peux prétendre au bénéfice d’un CFP si tu justifies de trois années de services effectifs.
Tu n’es pas titulaire : tu dois également justifier de ces trois années de services effectifs au titre de contrats de droit public, dont douze mois, consécutifs ou non, dans l’administration au titre de laquelle est demandé le CFP.
Tu es stagiaire : tu ne peux pas y prétendre.

Ce congé peut être octroyé pour une durée de trois années, calculée sur l’ensemble de ta carrière. Seule la première année donne droit à une indemnité forfaitaire mensuelle égale à 85 % du traitement brut et de l’indemnité de résidence afférents à l’indice détenu au moment de la mise en congé, sans toutefois excéder l’indice 650 (indice nouveau majoré 543).

Le congé commence obligatoirement au premier du mois, quelle que soit la date de début de la formation.

Les frais de formation et/ou d’inscription restent à ta charge. Ce congé maintient l’avancement de grade et d’échelon, et les cotisations pour la retraite et la sécurité sociale. A l’issue du congé, la réintégration est de plein droit, sur le même poste, qui est pourvu par un enseignant nommé à titre provisoire.

 

Date limite de dépôt de ta demande à ton supérieur hiérarchique (qui transmettra au service DIPRED) :

VENDREDI 26 JANVIER 2024, délai de rigueur.

Contacte le SNUDI-FO 02 en cas de problème.


Circulaire à télécharger :