SNUDI-FO 02

Motion pour l’abandon de PPCR et du projet gouvernemental d’évaluation des enseignants qui en découle.

jeudi 24 novembre 2016

La décision gouvernementale de mettre en œuvre le protocole PPCR (Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations, protocole que les organisations majoritaires de la Fonction Publique FO, CGT et Solidaires ont refusé de signer) fait peser les plus graves menaces sur nos droits, notre statut, nos carrières et nos salaires :

Salaires

En fait de revalorisation salariale, il s’agit d’un allongement de la carrière et de la suppression du passage au choix et au grand choix. Dans la plupart des cas à échelon identique, le niveau des salaires nets sera à peine supérieur à celui de 2010. Inacceptable !

Promotions

La création d’une classe exceptionnelle réservée à une infime minorité contribuera à opposer les personnels les uns aux autres. Non aux promotions « à la tête du client » ! Droit effectif pour tous d’atteindre l’indice terminal du corps !

Evaluations

Le gouvernement ressort le projet du Ministre Chatel d’une évaluation par compétences avec un bilan professionnel annuel en lieu et place de l’inspection avec une note chiffrée. Le chef d’établissement (ou l’IEN) choisirait les 30% de collègues qui pourraient bénéficier du qualificatif « excellent » leur permettant éventuellement (au plus 2 fois dans la carrière en classe normale) d’avoir une réduction d’ancienneté d’un an pour passer au 7ème ou au 9ème échelon. C’est la liberté pédagogique individuelle qui est attaquée et mise en cause. C’est la généralisation aux titulaires de l’injuste système d’évaluation des stagiaires en y ajoutant le clientélisme. Alors qu’avec la calamiteuse contre-réforme des rythmes scolaires, les ingérences des élus politiques se multiplient dans nos écoles, nous serions maintenant évalués notamment sur notre « contribution à l’action de la communauté éducative ».

« A tout moment de la carrière » nous serions contraints d’accepter un « accompagnement d’un CPC, PEMF, tuteur … » pour «  consolider nos compétences professionnelles, remédier aux difficultés rencontrées  » « favoriser la mobilité  » et « aussi répondre à tout autre besoin exprimé localement  »

C’est-à-dire qu’il nous faudrait accepter de renoncer à nos droits statutaires et à notre indépendance professionnelle, pour espérer bénéficier d’une promotion !

Salaires, promotions, évaluations : rien n’est acceptable dans PPCR !

Ce qui n’était pas acceptable en 2012 avec le décret Chatel n’est pas plus acceptable aujourd’hui avec le projet PPCR Valaud Belkacem. Une seule exigence s’impose : le retrait de PPCR et du projet gouvernemental de nouvelle évaluation qui en découle !


titre documents joints

Motion PPCR

25 novembre 2016
info document : PDF
254.2 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP